Information

Nous vous avons expliqué les interventions en cours de la CGT pour éviter aux mineurs les 10% d'abattement durant trois ans sur leur retraite complémentaire

(voir le message précédent sur ce blog)

Aujourd'hui notre action a payé !

10% d’abattement ARRCO AGIRC :

NOUVELLE VICTOIRE OBTENUE PAR LA CGT

Depuis l’accord signé le 30 octobre 2015 entre le Patronat et la CFDT, CFTC, CFE-CGC, tous les salarié(e)s du privé devront à compter du 1er janvier 2019, soit travailler une année supplémentaire après l’âge légal de liquation de leur retraite de base, soit subiront un abattement de -10% de leur retraite complémentaire pendant 3 ans.

Pour tous les mineurs concernés, aucune année de travail supplémentaire ne pourra être effectuée, compte tenu du fait que leurs entreprises minières, suite à des décisions successives gouvernementales, ont toutes cessé leurs activités et ont placé leurs agents en plan social.

De plus, la retraite de base des mineurs est liquidée bien avant l’âge légal.

Depuis cet accord, seule La CGT intervient tant auprès de l’ANGDM que de l’ARRCO-AGIRC pour que la situation particulière des mineurs soit prise en compte.

Nos interventions ont permis d’obtenir que l’ARRCO-AGIRC inscrive ce point à l’ordre du jour de sa Commission paritaire nationale du mercredi 7 mars 2018.

Après en avoir débattu, la Commission a retenu la proposition de la CGT :

« D’acter que les dispositions … relatives aux coefficients temporaires (d’abattement) n’ont pas lieu de s’appliquer à compter du 1er janvier 2019 aux Mineurs ayant liquidé la retraite de base de la CANSSM et en situation de raccordement. »

Cela signifie que sous la double condition d’avoir fait valoir ses droits à retraite CAN et de bénéficier du raccordement durant au moins quatre trimestres avant la liquidation de leur retraite complémentaire, ils ne subiront pas l’abattement de -10% pendant 3 ans.

La CGT a défendu également la situation des mineurs en activité aux mines de Sel, ou détachés des ex Potasses d’Alsace, des ex-Charbonnages et du personnel de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale dans les Mines.

La CGT poursuivra son action auprès de l’ANGDM pour les cas particuliers qui n’entreraient pas dans ce cadre.

Dans le contexte actuel, la FNME-CGT et les représentants de la CGT auprès de l’ARRCO AGIRC considèrent qu’il s’agit d’une victoire pour le respect des droits particuliers de la corporation minière.

Pour les mineurs concernés cette victoire permet d’éviter une lourde diminution de leur pouvoir d’achat.

C’est un encouragement à poursuivre nos mobilisations pour défendre tous nos conquis sociaux et à se syndiquer à la CGT.